La sculpture de soi : La morale esthétique

La sculpture de soi : La morale esthétique

Michel Onfray

Language: French

Pages: 286

ISBN: 224646501X

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Michel Onfray reste fidèle à la morale hédoniste" dont il avait déjà esquissé les principes. En effet, pour ce jeune philosophe, l'Occident est fondé sur des valeurs et des vertus caduques. Il leur oppose, avec une grande allégresse de pensée et de style d'autres valeurs tournées vers le plaisir, la jouissance. Il voudrait donc ressusciter la "virtù" de la Renaissance contre les "vertus" judéo-chrétiennes. Il a imaginé ce livre qui est une promenade autour de la Méditerranée, principalement en Italie, à la recherche de tous les vestiges de cette virtù. Il rencontre ainsi la statue équestre d'un condottiere qui lui semble résumer ce dont sa pensée conserve la nostalgie : courage, théâtre, sens du jeu et de l'audace, passion de l'amitié, de la beauté et de la politesse, qualités qui toutes pourraient permettre à l'individu moderne de se "sculpter"."

The Routledge Companion to Aesthetics (Routledge Philosophy Companions)

New Left Review, Volume 319 (January - February 2014)

The Blackwell Guide to Aesthetics (Blackwell Philosophy Guides)

Film, Form and Phantasy: Adrian Stokes and Film Aesthetics (Language, Discourse, Society)

Flow: Nature's Patterns: A Tapestry in Three Parts

Heidegger and the Aesthetics of Living

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

revient à l'esprit celui qu'inventa Léonard de Vinci pour réaliser ses autoportraits. Or, l'éthique esthétique suppose cet art de se peindre et de savoir ses traits, ses formes, son allure. Quelques années avant la fin du quattrocento, Vinci avait réalisé une sorte de cabine de forme octogonale. Les huit miroirs qui la tapissaient renvoyaient de multiples images du peintre de face, de dos, de quart, de trois quarts. La particularité de cet objet est qu'à aucun moment l'artiste ne rencontrait son

refuse aux valeurs de son siècle, emblème du nihilisme pour ceux qui se vautrent dans le matérialisme le plus vulgaire. Je comprends qu'ils n'aiment pas les poètes de leur existence, eux qui ne souffrent pas la poésie, déjà quand elle ne déborde pas le livre où elle se trouve. Car la démiurgie qui prend la singularité d'une vie pour objet passe pour caprice de fin de siècle. Ou folie de dégénéré. Et Néron sera promu leur père à tous, le joueur de lyre, mauvais rimailleur et incendiaire de Rome

fascine autant que l'avarice et l'économie me dégoûtent. D'ailleurs on pourrait définir le bourgeois comme l'être radicalement incapable de dépenser, sinon détruit par le regret ou travaillé par le remords. La résipiscence l'abîme dès qu'il se sépare de ses ducats et il ne connaît d'autre façon de se rédimer qu'en retournant au travail, encore et toujours. Accumuler, dit-il, thésauriser, avoir et posséder : il n'a de cesse de mettre en tas, de confectionner des trésors et de calculer dividendes

l'ascétisme complet, mais le triomphe du vouloir jusqu'à ce que décision soit prise de s'abandonner. Le bouddhisme tantrique a fait de la rétention spermatique une pratique qui décuple et grandit : les troubadours la pratiquaient également. L'économie devient dépense fastueuse, parce que signe du triomphe de la volonté sur les parts animales. Dans la mise à l'épreuve, les troubadours expérimentaient le joy, plaisir pris à la sculpture de soi et de ses énergies sexuelles, jubilation, dans

l'ordre de chevalerie, trad. P. Gifreu, éd. de La Différence. Condottiere : Le chapitre I doit, on s'en doute, au magnifique livre d'André Suarès, Le Voyage du Condottiere, éd. Granite. On lira, en particulier, la belle description de l'œuvre de Verrocchio aux pages 10-14 et 146-147. Le concept de Condottiere qui m'intéresse doit essentiellement à cette vision esthétique, aucunement à l'épaisseur historique des chefs de guerre mercenaires d'alors. On peut toutefois lire, à mi-chemin de

Download sample

Download