Œuvres complètes

Œuvres complètes

William Shakespeare

Language: French

Pages: 3697

ISBN: 2:00308953

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Hamlet, Macbeth, Othello… vous trouverez dans cette édition l’intégralité des oeuvres de Shakespeare :
les tragédies, les comédies, les romances, les pièces historiques ainsi que ses poèmes. Elle est assortie
d’annexes et de notes explicatives. L'édition comprend 53 titres, 1300 notes interactives et des
centaines d’illustrations.

Les 12 Tragédies :
Antoine et Cléopâtre • Coriolan • Le premier Hamlet • Le second Hamlet • Jules César • Macbeth • Othello • Le roi Lear • Roméo et Juliette • Timon d’Athènes • Titus Andronicus • Troïlus et Cressida.

Les 12 Comédies :
Beaucoup de bruit pour rien • La comédie des méprises • Comme il vous plaira • Les deux gentilshommes de Vérone • Les joyeuses commères de Windsor • Le marchand de Venise • Mesure pour mesure • Le soir des rois ou ce que vous voudrez • Peines d’amour perdues • La mégère domptée • Le songe d’une nuit d’été • Tout est bien qui finit bien

Les 5 Romances :
Le conte d’hiver • Cymbeline • Périclès, prince de Tyr • La tempête • Les deux nobles parents

Les 10 Pièces Historiques :
Le roi Jean • Le roi Richard II • Le roi Richard III • Le roi Henry IV (1) • Le roi Henry IV (2) • Le roi Henry V • Le roi Henry VI (1) • Le roi Henry VI (2) • Le roi Henry VI (3) • Le roi Henry VIII.

Les 7 Recueils de poèmes :
Sonnets • Le pèlerin passionné • Le phénix et la colombe • Vénus et Adonis • Lucrèce • La plainte d’une amante • Le pèlerin amoureux.

Les Annexes :
Le testament de William Shakespeare • William Shakespeare par Victor Hugo • Nouvelle étude sur Shakespeare, son génie et ses œuvres par Hippolyte Taine • Biographie • Citations • Illustrations pour les oeuvres de Shakespeare. • L’avertissement et la préface de la nouvelle traduction de Shakespeare par Victor Hugo.

Nuns and Soldiers (Penguin Twentieth-Century Classics)

Frankenstein (Student Edition)

Lady Chatterley's Lover

The Bronte Sisters: Three Novels: Jane Eyre; Wuthering Heights; and Agnes Grey (Penguin Classics Deluxe Edition)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

que la famine te dessèche. Si ton récit est véritable, peu m’importe que tu m’en fasses autant: je prends mon parti résolument, et commence à douter des équivoques du démon qui ment sous l’apparence de la vérité: Ne crains rien jusqu’à ce que la forêt de Birnam marche sur Dunsinane, et voilà maintenant une forêt qui s’avance vers Dunsinane. — Aux armes, aux armes, et sortons! — S’il a vu en effet ce qu’il assure, il ne faut plus songer à s’échapper d’ici, ni à s’y renfermer plus longtemps. — Je

Voilà de l’argent pour toi. GLOUCESTER Ohl laissez-moi baiser cette main! LEAR Laisse-moi d’abord l’essuyer: elle sent la mortalité. GLOUCESTER Ô œuvre ruinée de la nature! Ce grand univers sera ainsi réduit à néant! … Me reconnais-tu? LEAR Je me rappelle assez bien tes yeux. Tu me regardes de travers! Bah! acharne-toi, aveugle Cupidon! je ne veux plus aimer… Lis ce cartel, remarque seulement comme il est rédigé. GLOUCESTER Quand toutes les lettres en seraient des soleils, je ne pourrais les

querelleur au même rang que la valeur, lorsque c'est, à vrai dire, une valeur bâtarde venue au monde à la suite des sectes et des factions. Le vrai brave est celui qui sait souffrir avec patience tout ce que l'homme le plus méchant fait répandre contre lui; qui regarde une injure comme une chose aussi étrangère à sa personne, que le vêtement qu'il porte avec indifférence; et qui ne préfère pas ses injures à sa vie, en l'exposant à cause d'elles. Si le tort qu'on nous fait est un mal qui peut nous

ordinairement de pouvoir pour égaler les étranges créations de l’imagination; et cependant, lorsqu’elle forma un Antoine, la nature remporta le prix, et rejeta bien loin tous les fantômes. DOLABELLA. Écoutez-moi, madame, votre perte est, comme vous, inestimable, et vos regrets en égalent la grandeur. Puissé-je ne jamais atteindre au succès que je poursuis, si le contre-coup de votre douleur ne me fait pas éprouver un chagrin qui pénètre jusqu’au fond de mon cœur! CLÉOPÂTRE. Je vous remercie,

notre chère patrie qui nous a nourries, ou toi, qui faisais notre consolation dans notre patrie. De quelque côté que nos vœux s’accomplissent, nous trouvons partout le plus grand des malheurs; car il faudra te voir ou traîné comme un esclave rebelle, chargé de fers, le long de nos rues, ou foulant en triomphe sous tes pieds les ruines de ton pays, et portant la palme de la victoire pour prix d’avoir bravement versé le sang de ta femme et de tes enfants. Pour moi, mon fils, je ne me propose pas

Download sample

Download